Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette
présente

Salicacées

Introduction
Clef des genres
Figures 29 - 30
Figures 31 - 32
01. Populus
02. Salix

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 15. ― Salicacées  Salicaceae ].

2. Salix Linné. ― Saule.

9. Salix interior Rowlee. — Saule de l'intérieur. — (Sandbar willow).

— Arbuste de 1-2 mètres, se multipliant par ses souches stolonifères et formant, sur les rivages longtemps inondés, au printemps, de vastes saulaies ; feuilles (longueur 5-15 cm ; largeur 3-15 mm) linéaires-lancéolées, munies de dents glanduleuses espacées, à nervure médiane jaune. Floraison plus ou moins tardive selon que l'habitat est plus ou moins inondé. Rivages du Saint-Laurent et de ses affluents, jusqu'à l'eau salée. (Synonyme : S. longifolia Mühlenberg).

Salix : feuilles des espèces laurentiennes (en partie).

Flore laurentienne, figure 31, dessin frère Alexandre Blouin.

Saule de peu d'apparence, mais qui joue un rôle très important dans l'écologie du Saint-Laurent, comme espèce caractéristique des alluvions mobiles des grandes rivières de l'Amérique du Nord. C'est le premier arbuste à s'établir sur les bancs de sable récemment formés, que ses racines et ses tiges souterraines contribuent à fixer d'abord, à élever ensuite, en retenant les grains de sable en suspension dans les hautes eaux, préparant ainsi le terrain aux autres saules, aux peupliers, et à la florule ordinaire de ces habitats.

Dans le Québec, son habitat est très exclusif : il occupe les rivages bas submergés une partie de l'année. Presque seul de tous ses congénères (quelquefois avec le S. rigida), il peut subir impunément la puissante action mécanique des glaces en mouvement, au moment de la débâcle du Saint-Laurent : sa tige très flexible se couche et laisse passer, sans paraître en souffrir. Ses racines arrachées d'un endroit se fixent dans un autre, émettant rapidement des stolons qui ont bientôt formé un taillis. Probablement parce qu'il est mal outillé pour faire la lutte aux plantes strictement terrestres, il n'envahit pas de lui-même les lieux émergés toute l'année, en sorte que la limite supérieure de la zone du S. interior indique le niveau printanier du grand fleuve, au moins dans l'ouest du Québec.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 168.

Salix :
Clef des espèces ] fragilis ] alba ] amygdaloides ] nigra ] serrissima ] lucida ] pyrifolia ] pedicellaris ] [ interior ] rigida ] petiolaris ] discolor ] bebbiana ] humilis ] candida ] pellita ]