Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


Drosera rotundifolia Linné. 47° 37' 19" N - 61° 25' 24" O, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine(Région), Les Îles-de-la-Madeleine (Archipel équivalent à une MRC), Grosse-Île, Pointe-de-l'Est, Refuge faunique de la Pointe-de-l'Est, sentier de la Grande Échouerie, le dimanche 30 juin 1996, Drosera_rotundifolia_960627_16a_950_detail.

Nichole Ouellette

présente

Droséracées

Index
Famille
01 Drosera

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 44. — DROSERACEAEDROSÉRACÉES ].

1. DROSERA Linné. — ROSSOLIS.

Plantes de tourbières. Feuilles en touffes basilaires. Fleurs en grappe au bout d'une hampe. Tube calicinal court, libre de l'ovaire, 4-8-partit. Pétales généralement 5. Étamines 5. Styles 2-5. Capsule généralement stipitée dans le calice.

Environ 100 espèces, abondantes surtout en Australie.

— Outre les espèces décrites, on pourra encore trouver à Anticosti le D. linearis Goldie (limbe 10-15 fois aussi long que large), relique préglaciaire.

— Les Drosera sont les mieux connues des plantes carnivores. Les pseudo-poils, qui sont en réalité des lobes filiformes vascularisés, sont terminés par une glande sécrétant une sorte de pepsine capable de digérer la viande. Les feuilles sont imprégnées d'un pigment rouge, de formule C11H805, dont la présence semble corrélative au carnivorisme. Si un insecte se pose sur la feuille, il est englué par les gouttes de liquide visqueux qui entourent les glandes et qui brillent au soleil (d'où le nom de « Rossolis ») ; puis les « tentacules » s'infléchissent vers le centre de la feuille, qui se recourbe elle-même pour renfermer la proie. Celle-ci digérée, les tentacules infléchis se redressent et après quelque temps sont prêts à agir de nouveau. Il semble que chaque tentacule soit capable de réagir environ trois fois. Ces phénomènes, qui sont essentiellement les mêmes pour toutes nos espèces, ont été l'objet de nombreuses études.

— Le nom générique signifie : rosée ; allusion aux sécrétions des poils glanduleux.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 272, 273.

x
Drosera rotundifolia Linné. 47° 37' 19" N - 61° 25' 24" O, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine(Région), Les Îles-de-la-Madeleine (Archipel équivalent à une MRC), Grosse-Île, Pointe-de-l'Est, Refuge faunique de la Pointe-de-l'Est, sentier de la Grande Échouerie, le dimanche 30 juin 1996, Drosera_rotundifolia_960627_16a_800.

Drocera :
Clef des espèces ] rotundifolia ] intermedia ] anglica ]


le dimanche 22 janvier 2006
le vendredi 9 novembre 2012 - le vendredi 24 mars 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)