Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette

présente

Haloragacées

Famille
Clef des genres
Figure 119
01 Hippuris
02 Proserpinaca
03 Myriophyllum

Québec en photos

Îles de la Madeleine, Pointe-de-l'Est

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 56. HALORAGACEAEHALORAGACÉES ].

3. MYRIOPHYLLUM Linné. — MYRIOPHYLLE.

3. Myriophyllum exalbescens Fernald. — Myriophylle blanchissant. — (Whitish water-milfoil).

— Feuilles (longueur 12-30 mm) généralement par 4, rarement par 3, à 7-11 paires de segments capillaires ; feuilles florales entières ou dentées, plus courtes que les fleurs ; épis terminaux, presque nus ; étamines 8. Floraison estivale. Eaux tranquilles douces ou saumâtres, calcaires ou non. Très commun dans tout le Québec.


M. exalbescens, sommité florifère, fleur
Flore laurentienne, figure 119, dessin frère Alexandre Blouin.

Le M. exalbescens est la phase américaine du M. spicatum de l'Eurasie. Ce dernier a ses principales feuilles composées de 14-21 paires de divisions linéaires rigides, et des anthères linéaires plus longues ; il diffère aussi remarquablement dans ses bractées et bractéoles.

— Sur les dunes des îles de la Madeleine, on trouve une espèce très voisine, M. magdalenense Fernald, blanchissant dans les herbiers [pétales (longueur 1.5 mm)].

— Le M .exalbescens, qui est l'espèce universelle des eaux laurentiennes, forme souvent, dans les eaux peu profondes, de vastes prairies submergées. Les longues tiges rameuses, creusées de nombreuses lacunes aérifères, permettent à la plante de se dresser dans les eaux calmes, qui en sont parfois tellement remplies que la surface disparaît entièrement. Ses tiges molles, qui obéissent au mouvement de l'eau, lui permettent de résister aux actions mécaniques intenses des vagues roulant sur les hauts-fonds. À la reproduction par graines s'ajoute le mode de propagation par hibernacles (bourgeons rougeâtres qui se détachent des rameaux et qui se fixent sur la vase par des racines adventives). Les fragments de tiges peuvent aussi s'enraciner et produire des individus indépendants.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 378, 379.

Myriophyllum :
Clef des espèces ] farwellii ] alterniflorum ] [ exalbescens ] verticillatum ] tenellum ]


le lundi 16 février 2009 - le lundi 29 mai 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)