Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


Cypripedium acaule Aiton. — Cypripède acaule. — Sabot de la vierge. — (Stemless lady's slipper). 46° 36' 12.81" N - 072° 20' 12.78" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, chemin Massicotte, le mardi 2 juin 2009,  Cypripedium_acaule_016_950.

Nichole Ouellette

présente

Préface à la première édition

Index
Nature de l'ouvrage
Territoire
Caractérisation espèces
Classification
Nomenclature
Noms vulgaires
Créations onomastiques
Pionniers de la science
Folklore onomastique
Illustration
Notes encyclopédiques
Remerciements
Remerciements
Remerciements
Envoi

Flore laurentienne

Auteur, illustrateur
Préface
Abrégé historique
Esquisse générale
Synopsis des groupes
Clef artificielle
Glossaire
Auteurs
Cartes et tableaux
Observations, notes, recherches

L'arbre

Regards des petites personnes

Arbres d'automne

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Préface - Notes encyclopédiques

Notes encyclopédiques
Les effluves de la vie ] [ Tradition séculaire ] [ Observations personnelles ]

Les effluves de la vie

Adopter, délimiter, décrire en les dépouillant de leur cortège de variétés, de larges espèces linnéennes contrôlées autant que possible par des critères éprouvés, constitue la partie essentielle de ce travail. Mais sur ce squelette qu'est généralement une flore, nous avons voulu mettre un peu de chair et de peau, faire courir dans ce grand corps les effluves de la vie. Les espèces végétales sont situées dans un système d'antécédences temporelles et spatiales. Le cycle vital de chacune d'elles est une histoire qui se raconte, et toutes ces histoires s'enchaînent, s'engrènent, s'équilibrent dans la grande mosaïque que composent à la surface de l'exceptionnelle planète Terre, les innombrables vies végétales et animales. Enfin, les plantes ont mille points de contact avec l'homme, s'offrant à lui, l'entourant de leurs multitudes pour servir ses besoins, charmer ses yeux, peupler ses pensées : elles ont en un mot une immense valeur humaine.


Rosa rugosa Thunberg,  Rosier rugueux.  (Rough rose). 46º 35' 52.6" N - 072º 15' 38.8" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, le jeudi 25 juin 2009, photo macro Rosa_rugosa_012_800.

Tradition séculaire

Fortement pénétré de ces points de vues, nous avons cru bon de briser avec une tradition plusieurs fois séculaire qui veut que les flores soient des catalogues nus, égalitaires, froidement descriptifs, et nous avons ajouté à la suite des espèces, toutes les fois que cela a été possible, des notes exposant les faits bio-écologiques, les relations phytogéographiques ou phylogéniques, l'élaboration des substances actives, les particularités onomastiques, les éléments esthétiques, les nombres chromosomiques (voir au glossaire le symbole « n =»), les usages, etc. En indiquant, le cas échéant, les usages médicaux, nous voulons cependant mettre le lecteur en garde en lui rappelant que nombre de ces usages sont sujets à caution et n'ont pour base que l'ignorance, la superstition et l'indéracinable doctrine moyenâgeuse des signatures.

Page frontispice de la Flore laurentienne, édition de 1935.

Observations personnelles

Ces notes diverses sont le fruit de nombreuses observations personnelles, et du dépouillement d'une immense bibliographie dont il n'a pas été possible d'indiquer les sources dans un ouvrage de cette sorte. Il est bien entendu que la connaissance de la flore d'une province quelconque de l'Amérique, et l'ouvrage qui expose cette connaissance, représentent la synthèse des travaux et des publications d'une multitude de botanistes vivants et morts; mais l'indication complète des sources étant ici une impossibilité physique, il a paru préférable de les omettre systématiquement. Notre but en écrivant ces notes a été d'abord de faire de la Flore laurentienne quelque chose de vivant et d'humain. Il a été ensuite d'inviter le botaniste amateur et l'étudiant à contrôler les observations, à refaire les expériences, à ajouter au capital de connaissances, à contribuer pour leur part à dégager la vraie figure biologique de chacune des plantes qui vivent sous notre ciel.


Rumilly Robert (1897-1983). «  Le frère Marie-Victorin et son temps », Édition des Frères des écoles chrétiennes, Montréal, 1949. Photo p. 60.
Le frère Marie-Victorin découvrant le chardon de Mingan ( Cirsium minganense ), l'un des endémiques les plus remarquables du golfe Saint-Laurent.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne 1935, p. 8.


le dimanche 20 janvier 2002
le samedi 12 décembre 2009 - le mercredi 23 novembre 2011
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-09-14

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)