Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette

présente

Onagracées

Famille
Clef des genres
Figures 115, 116
Figures 117, 118
01 Circaea
02 Ludwigia
03 Epilobium
04 Oenothera

Québec en photos

Section du golfe Saint-Laurent

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 55― ONAGRACEAE [ ONAGRACÉES].

3. EPILOBIUM Linné. — ÉPILOBE.

3. Epilobium palustre Linné. — Épilobe palustre. — (Swamp willow-herb).

— Tige (longueur 10-60 cm) généralement dressée et presque simple, couverte supérieurement de poils recourbés ; rameaux souterrains vivaces et stolonifères ; feuilles opposées, sessiles, linéaires-lancéolées, plutôt éloignées les unes des autres, à nervures secondaires immergées dans le tissu de la feuille ; fleurs (diam. 4-6 mm) placées dans les aisselles supérieures, peu nombreuses, roses ou blanchâtres ; capsule (longueur 3-5 cm). Floraison estivale. Tourbières et rivages humides. Général.

E. palustre, plante entière portant fleur et fruit
Flore laurentienne, figure 116, dessin frère Alexandre Blouin.

Cette espèce très complexe est constituée par un groupe de formes assez différentes distribuées dans tout l'hémisphère boréal. Ces formes (espèces élémentaires, variétés ou races) sont particulièrement bien développées autour du golfe Saint-Laurent, où l'on retrouve des entités systématiques décrites dans les Alpes, en Sibérie, en Laponie, en Mandchourie, etc.

L'espèce est remarquable écologiquement par son héliophilie, par l'enrobement complet des nervures secondaires dans le tissu foliaire, par les énormes raphides contenus dans le tissu lacuneux, et par les rosettes bulbiformes qui apparaissent à l'automne au bout des stolons. Ces rosettes sont considérables par rapport aux stolons eux-mêmes ; elles sont formées d'écailles charnues, très imbriquées, dont la face externe est extrêmement convexe. La face interne est, au contraire, très concave, et l'épiderme, sans adhérence au parenchyme, est tendu au-dessus de cette cavité comme une peau sur un tambour. Cette disposition curieuse est sans doute une efficace protection contre le froid, et explique peut-être la dispersion boréale de l'espèce.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 370, 371

Épilobium :
Clef des espèces ] angustifolium ] strictum ] [ palustre ] leptophyllum ] coloratum ] glandulosum ] ecomosum ]


le lundi 12 janvier 2009 - le samedi 27 mai 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)