Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette
présente

Portulacacées

Famille
Clef des genres
01 Claytonia
02 Montia
03 Portulaca

Art de vivre au Québec

Sculpteur de citrouilles

Papier peint

Gourmandise

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 26. ― Portulacaceae  Portulacacées ].

3. PORTULACA Linné. — POURPIER.

1. Portulaca oleracea Linné. — Pourpier gras. — (Purslane).

— Plante charnue et couchée, émettant des branches (longueur 10-30 cm) dans tous les sens ; feuilles (longueur 6-20 mm) épaisses, sessiles, opposées (ou les supérieures alternes), obovales-oblongues ; fleurs sessiles, jaunes, dans les bifurcations de la tige. Floraison estivale. Naturalisé du sud-ouest de l'Amérique dans tous les lieux habités.

Portulaca oleracea, (a) rameau florifère, (b) fleur, (c ) capsule en déhiscence.
Flore laurentienne, figure 47, dessin frère Alexandre Blouin.

Mauvaise herbe produisant une grande quantité de graines (un individu luxuriant peut en fournir un million) qui conservent leur vitalité durant plusieurs années. À son origine tropicale, elle doit de ne germer que lorsque le sol s'est bien réchauffé, et d'exiger toujours une lumière intense ; elle devient nuisible, surtout vers la fin de la saison, dans les cultures sarclées. Les jeunes pousses, très tendres, sont souvent utilisées comme herbe potagère, et ont une certaine valeur pour l'alimentation des porcs.

— Il ne s'écoule guère qu'une semaine entre la floraison et la maturation des graines.

— Le pourpier était déjà, au témoignage de CHAMPLAIN et de SAGARD, une mauvaise herbe dans les cultures de maïs et de citrouille, chez les Indiens. SAGARD écrit qu'on « ajoutait la plante à la sagamité pour y donner quelque goût ».

— En 1823, G. B. AMICI, de Pise, publiait un mémoire où il exposait que chez le Portulaca oleracea, le grain de pollen germe sur le stigmate en donnant le « boyau » pollinique. Cette première observation ouvrit la voie qui devait conduire à la solution du grand problème de la fécondation chez les plantes.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 203.

Portulaca :


le mercredi 21 avril 2004 - le lundi 26 décembre 2016
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)