Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


Massif appalachien. 49° 12' 15.6" N - 66° 10' 52.0" O, MRC La Haute-Gaspésie, Mont-Albert (Territoire non organisé), chaîne appalachienne des monts Chic-Chocs, entrée nord-ouest du Parc national de la Gaspésie, route 299, (route Transgaspésienne), 05:14, le dimanche 15 août 2004, photo Mont_Albert_002_950.

Nichole Ouellette

présente

Esquisse générale

Plan
Introduction
ÉQUILIBRE
DYNAMISME

Art de vivre au Québec

Gaspésie

Géotourisme

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)


ESQUISSE GÉNÉRALE DE LA FLORE LAURENTIENNE.

I. - ÉQUILIBRE ACTUEL DE LA FLORE LAURENTIENNE.

Index ] FACTEURS RÉPARTITION ] PHYSIOGRAPHIE ] [ Physiographie ] Physiographie ] Physiographie ] CLIMAT ] Climat chaud-froid ] Climat neige ] Climat floraisons ] Climat automne ] Facteur humain ] PHYTOGÉOGRAPHIE ] RÉGION ARCTIQUE ] RÉGION HUDSONIENNE ] Région hudsonienne ] RÉGION LAURENTIENNE ]

1. Physiographie et histoire géologique
(Deuxième de quatre pages ; page 3)

La plaine basse du Saint-Laurent est constituée par des roches sédimentaires très anciennes, d'âge paléozoïque, recouvertes et masquées par le drift glaciaire, et par des lits plus ou moins épais de sable et d'argile déposés durant la période Champlain.

Des lambeaux de calcaires paléozoïques, appartenant à des couches supérieures presque entièrement détruites par l'érosion, affleurent ça et là, particulièrement aux environs de Montréal, de Québec, et d'Ottawa. Les roches qui forment le fond plat de la plaine basse sont en majeure partie des argilites ordoviciennes, soit redressées et diversement ployées comme aux environs de la ville de Québec et généralement dans l'est du Québec, soit horizontales comme aux environs de Montréal et généralement du côté ouest de la faille de Logan. Au milieu de cette plaine ordovicienne, et la traversant du nord au sud, court une ligne de collines d'âge dévonien, les montérégiennes. Ce sont des souches d'anciens volcans, ou des batholithes, c'est-à-dire des massifs éruptifs épanchés en profondeur et dénudés ensuite par une intense érosion.


Montérégiennes. 45º 26' 53,7" N - 073º 02' 54,2" O, Montérégie, MRC Rouville, mont Beloeil ou Saint-Hilaire, vu de Rougemont, rang Petite Caroline, verger en fleurs, 10:55, le mercredi 25 mai 2005, photo Rougemont_007_800.

Le massif appalachien, si puissamment développé dans tout l'est de l'Amérique, limite au sud la vallée du Saint-Laurent, et sous les divers noms d'Alléghanys, de monts Notre-Dame, de Chic-Chocs (Shikshoks dans le texte), pénètre, en s'élevant graduellement, jusque dans la Gaspésie. Le massif appalachien est encore une ancienne pénéplaine, abrasée au niveau de la mer au crétacé et surélevée durant le tertiaire. Toute cette région a une structure géologique compliquée où voisinent et alternent de grandes formations calcaires, des schistes argilitiques, des intrusions de serpentine, des quartzites cambriens, des épanchements granitiques, etc.

Ainsi ébauché photographiquement par les aléas d'une longue histoire géologique qui va depuis le précambrien jusqu'à la surrection tertiaire, le territoire laurentien reçoit son modelé définitif durant la période glaciaire, qui ouvre le quaternaire, et qui s'est terminée depuis trente ou quarante mille ans.


Massif appalachien, réserve Faunique des Chic-Chocs. 49° 13' 50.4" N - 65° 48' 10.8" O, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, MRC La Haute-Gaspésie, Mont-Saint-Pierre (Municipalité de village), route Pierre-Mercier, 16:05, le dimanche 15 août 2004, photo Mont_Saint_Pierre_012_800.


Paragneiss œillé : formation par broyage intense et recristallisation en gros cristaux.

Route no 351, lac Caxton entre Saint-Élie et Saint-Mathieu-du-Parc. Le samedi 22 avril 1995, photo 950422/1.


Gneiss précambrien, Saint-Étienne-des-Grès, au pied du barrage hydroélectrique de La Gabelle.

Barrage La Gabelle sur la rivière Saint-Maurice. Le samedi 22 avril 1995, photo 950422/13.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 21, 22.


constante mouvance de mes paysages intérieurs
le mercredi 3 avril 2002 - le lundi 18 janvier 2010
le samedi 3 décembre 2011


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)