Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


Lotus corniculatus Linné. – Lotier corniculé. – Pied de poule, Pantoufle, Lotier cornu, Sabot du petit Jésus. – Bird's-foot trefoil). Espèce à l'état adventice au Québec, 46° 35' 26.0" N - 072° 02' 40.7" O, Capitale Nationale, MRC Portneuf, Deschambault-Grondines (Municipalité), Grondines (Secteur), chemin des Ancêtres, près du brise-lame, le lundi 21 juin 2010. photo macro Lotus_corniculatus_008_950.

Nichole Ouellette

présente

Esquisse générale

Plan
Introduction
ÉQUILIBRE
DYNAMISME

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Dynamisme de la flore laurentienne :
Index ] Point de vue dynamique ] Point de vue dynamique ] [ Facteurs d'évolution ] Termes discontinus ] Termes discontinus ] Termes continus ] Termes continus ] Termes continus ] Termes continus ] Termes continus ] Termes continus ] Facteurs d'élimination ] Facteurs extrinsèques ] Facteurs extrinsèques ] Conclusion ]

ESQUISSE GÉNÉRALE DE LA FLORE LAURENTIENNE.

II. - DYNAMISME DE LA FLORE LAURENTIENNE.

B.  FACTEURS DYNAMIQUES INTRINSÈQUES.

1. FACTEURS D'ÉVOLUTION PROGRESSIVE.

Quoique la science, cette « machine à explorer la matière », nous laisse encore ignorer presque tout du pourquoi et du comment de l’évolution organique,  comme d’ailleurs du développement ontogénique,  il ne se trouve plus guère de biologiste ou de naturaliste qui n’accepte comme fait, une certaine évolution passée ou présente dans le monde des vivants.

Tous les doutes, et la plupart des objections dans ce domaine, se rapportent non pas au fait général, global, de l’évolution, mais bien plutôt à son étendue, à son intensité et à ses modalités. En d’autres termes, la discussion se concentre aujourd’hui surtout sur les théories de la descendance, sur les lignées ou séries concrètes de formes obtenues par des rapprochements comparatifs, et dont on peut bien difficilement prouver, dans chaque cas particulier, qu’elles sont réellement des séries génétiques.

Mais autant il est difficile de prouver complètement les théories de la descendance, et la réalité des lignées concrètes, autant il est facile de fonder, en toute indépendance, l’idée d’évolution sur des connaissances communes à tous les biologistes.


48° 06' 00" N - 066° 22' 00" O, MRC Avignon, Nouvelle (Municipalité), Parc national de Miguasha, site paléontologique exceptionnel connu depuis 1842, base de la falaise fossilifère, littoral de la baie des Chaleurs, le mardi 20 juin 1995, photo Nouvelle_950620_03a_800.


48º 09 '04,3" N - 064º 56' 58,1" O, MRC Le Rocher-Percé, Port-Daniel–Gascons, Epsegeneg pour les Micmacs, littoral de la baie des Chaleurs, falaise de calcaire fossilifère, le lundi 16 septembre 2002, photo Port_Daniel_Gascons_200200915_12a_800.

La paléontologie, en effet, nous apprend d’une façon indéniable qu’il y a eu, dans les types organiques, une succession dans le temps de telle sorte que les formes les plus complexes et les plus élevées en organisation sont apparues les dernières. À ce témoignage de la paléontologie, absolument inattaquable, vient s’ajouter l’expérience que nous avons de la continuité de la vie : nous savons que les organismes les plus simples n’apparaissent pas spontanément. Nul biologiste ne voudrait aujourd’hui nier la proposition suivante : « Aucun être vivant ne peut prendre naissance en dehors de la continuité du plasma de ses ancêtres. » Si l’on rapproche cette proposition indéniable du témoignage également indéniable de la paléontologie, la conviction que les différents types vivants doivent s’être développés non seulement les uns après les autres, mais les uns des autres, prend les proportions d’un postulat logique positif. La certitude de la réalité d’une évolution organique ne pourrait être ébranlée que si l’expérience nous enseignait à l’avenir qu’un organisme individuel peut naître autrement que par continuité plasmatique, ou que tous les types vitaux, vivants ou disparus, existèrent en même temps dès l’origine. Aucun autre argument ne pourrait affaiblir la logique de l’idée de l’évolution organique.

Aster novae-angliae
Bidens beckii
Rhus radicans [ Toxicodendron radicans ]

Le spectacle que nous offre la flore laurentienne,  dont nous avons fait le tableau dans la première partie de cette étude,  et les leçons qui se dégagent de sa considération attentive, ne peuvent que fortifier cette conviction que la vie végétale continue un développement depuis longtemps commencé, qu’elle produit encore plus ou moins rapidement de nouvelles entités spécifiques ou variétales, et que les virtualités vitales ne sont nullement épuisées par le développement actuel de l’espèce, et le développement ordinaire de l’individu.

La méthode expérimentale est inapplicable sur des ensembles aussi vastes et aussi complexes que celui qui est constitué par la flore de notre immense pays. Elle est de plus impuissante en face de problèmes où le facteur temps, impossible à éliminer, joue un rôle essentiel et annule, par la durée nécessaire des périodes d’expérimentation, la durée de l’expérimentateur lui-même. Aussi l’observation est-elle ici seule en cause.

Coronilla varia
Lupinus polyphyllus
Lotus corniculatus

L’observation nous fait reconnaître des endémiques, c’est-à-dire des espèces dont la distribution géographique est restreinte à un territoire déterminé et souvent exigu, et des épibiotes, c’est-à-dire des espèces qui ont survécu à des associations disparues, et qui se trouvent isolées à l’état de reliques loin de leur aire principale actuelle. C’est par l’examen méticuleux des conditions de milieu, par l’étude serrée des distributions, que nous pouvons apprécier les déviations qu’ont subies les épibiotes, et tenter d’expliquer l’origine des endémiques, soit par l’hypothèse d’une transformation insensible et continue, soit par l’hypothèse d’une évolution largement discontinue, d’une série de mutations brusques.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 62, 63.


le mercredi 2 avril 2003 - le jeudi 25 juin 2009
 le lundi 21 juin 2010 - le vendredi 2 mars 2012
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)