Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


48° 27' 54.7" N - 067° 14' 01.1" O, Bas-Saint-Laurent, MRC Matapédia, Causapscal, rivière Causapscal, rivière à saumon, site de la corporation de gestion des Rivières Matapédia et Patapédia, secteur Fosse Marais, le samedi 19 août 2006. Photo Causapscal_016_950.

Nichole Ouellette
présente

Équilibre actuel

FACTEURS RÉPARTITION
PHYSIOGRAPHIE
Physiographie
Physiographie
Physiographie
CLIMAT
Climat chaud-froid
Climat neige
Climat floraisons
Climat automne
Facteur humain
PHYTOGÉOGRAPHIE
RÉGION ARCTIQUE
RÉGION HUDSONIENNE
Région hudsonienne
RÉGION LAURENTIENNE

Québec en photos

Rivière Matapédia

Rivière Matane

Navigation

Accueil
Index
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos
Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)


ESQUISSE GÉNÉRALE DE LA FLORE LAURENTIENNE.

I. -ÉQUILIBRE ACTUEL DE LA FLORE LAURENTIENNE.

3. RÉGION LAURENTIENNE

b) Sous-région appalachienne

Région laurentienne, sous-régions, districts et sections
Index ] RÉGION LAURENTIENNE ] Région laurentienne ] Région laurentienne ] Région laurentienne ] SOUS-RÉGION BOUCLIER PRÉCAMBRIEN ] District  LAURENTIDIEN ] District SAGUENAYEN ] SOUS-RÉGION APALACHIENNE ] Sous-région apalachienne ] District ALLÉGHANIEN ] District alléghanien ] [ District GASPÉSIEN ] District gaspésien ] District SAINT-JEAN-RISTIGOUCHE ] District Saint-Jean-Ristigouche ] SOUS-RÉGION PLAINE ALLUVIONNAIRE DU SAINT-LAURENT ] District BASSES TERRES CHAMPLAIN ] District basses terres Champlain ] Section TRIANGLE MONTRÉALAIS ] Section triangle montréalais ] Section triangle montréalais ] Section TERRASSES DU BAS-SAINT-LAURENT ] Section TRANSLAURENTIDIENNE ] Section translaurentidienne ] District FLUVIAL ] Section SAINT-LAURENT SUPÉRIEUR ] Section RIVIÈRE DES OUTAOUAIS ] Section RIVIÈRE RICHELIEU ] Section ALLUVIALE DU SAINT-LAURENT ] Section alluviale du Saint-Laurent ] Section alluviale du Saint-Laurent ] Section  ESTUARIENNE DU SAINT-LAURENT ] Section MARITIME DU SAINT-LAURENT ] Section maritime du Saint-Laurent ] District INSULAIRE MARITIME ] Section AVANT-PAYS ANTICOSTI-MINGANIE ] Section avant-pays Anticosti-Minganie ] Section avant-pays Anticosti-Minganie ] Section ÎLES-DE-LA-MADELEINE ]

District gaspésien
(Première de deux ; suite page 2)

Le district gaspésien, tel que défini ici, s'étend depuis la rivière Matapédia et la rivière Matane, vers l'est, jusqu'au finistère du cap Gaspé. C'est une province phytogéographique très naturelle et d'un extrême intérêt biologique. Sa flore, calcicole dans l'ensemble, est un mélange, une juxtaposition plutôt, d'une flore ancienne, datant probablement de la dernière période interglaciaire, et d'une flore jeune et agressive venue du sud sur les dernières marches de la retraite glaciaire.

L'étude de la géologie quaternaire a montré que la Gaspésie est, pour une bonne part, un vaste nunatak. La dernière glaciation, celle de la période Wisconsin, semble n'avoir touché ni les hauts plateaux des Chic-Chocs (Shikshoks dans le texte), ni le massif montagneux de Carleton, sur la baie des Chaleurs. Elle semble aussi n'avoir qu'effleuré le côté nord et les vallées depuis Sainte-Anne-des-Monts jusqu'à la rivière aux Renards, ainsi que les vallées tributaires de la baie des Chaleurs, depuis Percé jusqu'à la rivière Petite-Cascapédia inclusivement, -la grande nappe de glace labradorienne s'étant écoulée par la vallée de la Matapédia dans la baie des Chaleurs.


48° 37' 06.5" N - 064° 17' 29.7" O, chaîne montagneuse des Apalaches, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, MRC Le Rocher-Percé, Barachois-de-Malbaie, rivière Malbaie, de la route n° 138, en arrière plan, l'île Bonaventure et le rocher Percé, 06:27 le mardi 18 août 2004, photo Perce_005_800.

Durant toute la dernière invasion glaciaire, la Gaspésie a donc retenu une partie de la flore qui la couvrait durant la période interglaciaire précédente, flore qui semble avoir été, dans ses grandes lignes, une dépendance ou un prolongement de la flore cordillérienne actuelle. Avec le retour des conditions normales et la poussée d'une flore conquérante venue du sud, les unités spécifiques de la flore ancienne ont été en grande partie éliminées. Il en subsiste néanmoins à notre époque un certain nombre : on les appelle des épibiotes ou des reliques. Le district gaspésien contient plus de deux cents de ces survivants de l'ancienne flore interglaciaire, pratiquement parqués entre la rivière Petite-Cascapédia, Percé, la rivière aux Renards et la rivière Sainte-Anne-des-Monts. Beaucoup d'entre eux ont une aire extrêmement restreinte, et ils sont souvent confinés à une seule falaise, à une seule vallée, parfois même à une seule station de quelques mètres carrés.


49° 12' 15.6" N - 066° 10' 52.0" O, chaîne appalachienne des monts Chic-Chocs, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, MRC La Haute-Gaspésie, Parc national de la Gaspésie, territoire non organisé Mont-Albert, 05:23 le dimanche 15 août 2004, photo Mont_Albert_003_800.

Particulièrement importante au point de vue de la flore reliquale interglaciaire est la vaste étendue des Chic-Chocs (Shikshoks dans le texte), chaîne de montagnes se maintenant à l'altitude de 900 à 1300 mètres, et qui forme comme l'épine dorsale de la Gaspésie. Dans cette chaîne, l'étroite vallée de la rivière Sainte-Anne-des-Monts sépare deux massifs célèbres par leurs endémiques et leurs reliques : le mont Jacques-Cartier (Table-top) et le mont Albert.

Le mont Jacques-Cartier est plutôt un groupe de montagnes qu'une montagne unique. Il diffère des autres parties de la chaîne des Chic-Chocs (Shikshoks dans le texte) en ce qu'il est le résultat d'une injection batholithique de granit. Le batholithe est disposé transversalement à la chaîne, sur une étendue de huit ou neuf milles de longueur par cinq de largeur. Toute cette étendue, parsemée de petits lacs et d'étangs, est au-dessus de 1000 mètres, et certains dômes de granit atteignent environ 1300 mètres. Le massif a été bien exploré botaniquement, au moins dans ses parties accessibles. Il renferme l'une des plus importantes florules locales du Québec.


49° 01' 27.2" N - 065° 52' 56.3" O, chaîne appalachienne des monts Chic-Chocs, Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, MRC La Haute-Gaspésie, Parc national de la Gaspésie, territoire non organisé Mont-Albert, petit lac près du sommet du mont Jacques-Cartier, coordonnées géographiques (GPS) prisent au camping, 13:06 le dimanche 15 août 2004, photo Mont_Albert_047_800.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 39.


le mercredi 24 avril 2002 - le mercredi 28 décembre 2011
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)